LA CONGOLAISE DEBORAH KIPULU, JEUNE PILOTE DE LIGNE NOUVELLEMENT RECRUTÉE CHEZ CONGO AIRWAYS!!!

Au Congo Kinshasa, piloter un avion est d’abord une affaire d’etrangers. Ensuite un monde dominé par la gente masculine. C’est dans cet univers qu’une femme d’exception a su trouver sa place: Deborah est l'une des rares jeunes femmes commandant de bord en RD Congo à travers sa compagnie Congo Airways.

LA CONGOLAISE DEBORAH KIPULU, JEUNE PILOTE DE LIGNE NOUVELLEMENT RECRUTÉE CHEZ CONGO AIRWAYS!!!
Credit Photo MACK WANTASHI

"Les femmes peuvent rêver de toucher la lune, si elles travaillent. Elles ont des épaules assez larges pour porter n’importe quelles responsabilités pour le progrès du pays…", souligne celle qui a toujours été attirée depuis sa tendre jeunesse par l’aérodynamique. Malgré son emploi de temps chargé et ses longs voyages, cette jeune femme d’exception est obsédée par un rêve: l’épanouissement de la femme et de la jeune fille congolaise. Se refusant de léguer à la postérité un héritage d’inégalités, Deborah KIPULU ne loupe pas une occasion pour enseigner la bravoure aux plus jeunes filles. «Au-delà des violences visibles et subtiles faites aux femmes, je leur dis qu’elles doivent se protéger par ‘le savoir’ qui est un‘ pouvoir’…» Telle est sa recette à ses concitoyennes. Aux jeunes filles qui doivent aller à l’université, elle les exhorte à choisir des filières qui sont en rapport avec leurs compétences réelles, «sans tenir compte des conseils des gens qui vous dictent la voie de la facilité». «Si vous vous sentez capable d’aller en ingénierie ou devenir avocate, allez-y ! Parce qu’il n’y a pas des sots métiers, il faut choisir une branche dans laquelle on a des réelles compétences, non pas celles perçues par les autres; il faut être convaincue qu’on est bonne pour la filière choisie et donner un maximum pour être la meilleure…» conseille-t-elle, avant d’appeler les parents à ne pas limiter les rêves de leurs jeunes filles.